Un commentaire

  1. JF MICHEL

    4 mars 2020 à 14:20

    Bonjour.
    Confluence Pour Sortir du Nucléaire vous adresse ce questionnaire dans le cadre des élections municipales de mars.
    Merci de prendre un moment pour le compléter et nous le renvoyer.
    Sincères salutations.
    Pour CPSDN: JF MICHEL, secrétaire

    Association Confluence pour sortir du nucléaire Conflans, 3 mars 2020
    28 bis avenue Beffroy
    78700 Conflans Sainte Honorine

    http://www.confluence-sortirdunucleaire.fr
    confluenceantinuclea@free.fr

    Monsieur,

    L’énergie nucléaire est de plus en plus décriée, et le fiasco industriel et économique avéré de la construction de l’EPR de Flamanville (le rapport Folz, commandé par Bruno Le Maire à EDF est très clair dans ses conclusions : « La construction de l’EPR de Flamanville ne peut être considérée que comme un échec pour EDF » ) en est un parfait exemple.
    La filière nucléaire est de moins en moins compétitive par rapport à celle des énergies renouvelables : dès 2020, l’ensemble des projections des coûts futurs de production d’électricité renouvelable est en dessous des plus hautes projections de coûts futurs du nucléaire.
    Cette compétitivité s’accroît pour l’ensemble des énergies renouvelables à partir de 2025 où les coûts du MWh renouvelable sont inférieurs à la valeur médiane des coûts du futur MWh nucléaire (soit 133 €/Mwh). (source : greenpeace – http://www.greenpeace.fr/cout-de-production-futur-nucleaire-exploite-dela-de-40-ans/). Et ceci sans compter le coût de la gestion des déchets nucléaires.
    En France, selon l’ADEME, nous pourrions passer au 100 % renouvelables en 30 ans (63 % d’éolien terrestre et en mer, 17 % de solaire, 13 % d’hydraulique et 7 % de thermique renouvelable) sans augmentation significative des tarifs à la consommation.
    Le nucléaire, en baisse dans tous les pays, ne représente que 2 % de la consommation d’énergie finale et ne permet d’éviter que 2,5 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre.
    Le parc vieillissant de nos 58 réacteurs nucléaires augmente de jour en jour le risque d’un accident grave de type Tchernobyl ou Fukushima : une grande majorité d’entre eux dépassent ou vont dépasser très prochainement leur date de fin de vie prévue de 40 ans.
    Une étude récente a montré l’existence de fissures dans au moins 10 cuves de réacteurs qui, si elles s’aggravaient, pourraient occasionner un accident grave tel que Tchernobyl ou Fukushima. En sachant que la grande majorité des cuves des 58 réacteurs français ont atteint ou vont atteindre leur durée de vie maximale de 40 ans, il est irresponsable de continuer dans cette voie mortifère.
    Nous pensons, si vous êtes élu.e., que vos futurs administré.e.s doivent connaître la position de leur maire et de leurs conseillers municipaux sur ce sujet, et nous vous remercions donc de répondre au questionnaire ci-dessous.

    Les résultats seront rendus public, et publiés entre autre sur le site de notre association et sur le site de « Sortir du Nucléaire ».

    Vous pouvez nous retourner le questionnaire rempli par voie postale ou par mail à l’adresse indiquée, les absences de réponses seront classées dans « n’a pas répondu ».

    En vous remerciant de votre participation,

    Cordialement,

    Confluence Pour Sortir du Nucléaire

    1 – Votre position sur l’énergie nucléaire :
    Pour :
    Contre :
    Explication de votre choix :

    2 – Si vous êtes pour, accepteriez-vous la présence d’une centrale nucléaire ou d’un centre d’enfouissement de déchets radioactifs (tel que le site de Bure) sur le territoire ou à proximité de votre commune :
    Pour :
    Contre :
    Explication de votre choix :

    3 – Pensez-vous qu’un accident nucléaire de type Tchernobyl ou Fukushima soit possible dans un ou plusieurs des 58 réacteurs français ?
    Oui :
    Non :
    Explication de votre choix :

    4 – Si oui, pensez-vous que ce risque est acceptable ?
    Oui :
    Non :
    Explication de votre choix :

    5 – Pensez-vous que l’énergie nucléaire soit une énergie d’avenir ?
    Oui :
    Non :
    Explication de votre choix :

    Plans Particuliers d’Intervention

    A savoir : actuellement les Plans Particuliers d’Intervention autour des centrales nucléaires concernent une zone de 20km autour des centrales.
    En France, nous sommes 66 % à vivre à moins de 75 km d’un réacteur nucléaire.
    La centrale de Nogent-sur-Seine se situe à moins de 120km de notre territoire.
    Les catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima ont pourtant montré que les accidents les plus graves peuvent avoir des conséquences bien au-delà des périmètres de protection prévus en France.

    6 – Position sur l’extension des Plans Particuliers d’Intervention autour des centrales nucléaires françaises :

    Êtes-vous favorable pour l’extension de cette zone à :

    100km (zone « Fukushima ») :
    300km (zone « Tchernobyl ») :
    autre distance :
    pas besoin d’extension :
    Commentaires :

    Distribution de pastilles d’iode :

    A savoir : si la prise d’iode stable s’avère effectivement efficace pour lutter contre les éventuels cancers de la thyroïde induits par l’iode-131, elle n’est en aucun cas un bouclier contre tous les autres radio-isotopes qui pourraient être dispersés lors d’un tel accident (césium-137, strontium-90, plutonium et tant d’autres…). Par ailleurs, leur ingestion doit être réalisée avant de recevoir des émissions radioactives pour saturer la thyroïde, et un avis médical doit être pris au préalable en cas de contre indications.

    7- Êtes-vous favorable à la distribution préventive de pastilles d’iode aux habitants, même si le Plan Particulier d’Intervention reste limité à la zone actuelle de 20km ? :
    Oui :
    Non :
    Commentaires :

    Transports de déchets nucléaires :

    A savoir : Chaque année, plus de 19 000 convois de matières et déchets radioactifs (dont une centaine de plutonium) parcourent le territoire par trains et camions en traversant des zones très densément peuplées. Toutes les semaines, deux semi-remorques banalisés contenant chacun 150 kilogrammes de plutonium (pour information, la bombe de Nagasaki en contenait huit) traversent la France sur plus de mille kilomètres de La Hague à Marcoule.
    Pour prévenir le pire, les parcours et les horaires de ces convois sont gardés secrets et les véhicules sont escortés par la gendarmerie nationale. Mais des journalistes ont montré que des militants de Greenpeace n’ont mis que quelques mois à déterminer les fréquences, les horaires et les parcours exacts des combustibles usés. Et ils ont pu suivre un chargement de plutonium à destination de Marcoule sur des centaines de kilomètres, le doubler et se mettre en situation de l’attaquer du sommet d’un pont, sans jamais être repérés ni inquiétés.

    8 – Savez-vous si des trains acheminant des déchets nucléaires passent sur le territoire ou à proximité de votre commune ?
    Oui :
    Non :
    Commentaires :

    9 – Si oui, en informerez-vous la population ?
    Oui :
    Non :
    Commentaires :

    Station de mesure indépendante

    A savoir : l’accident de Tchernobyl en 1986 a été clairement sous estimé par les autorités françaises de l’époque. Chacun se souvient encore des déclarations officielles affirmant que le nuage radio-actif s’était arrêté aux frontières de notre pays. Dans un autre domaine et bien plus proche de nous, l’accident de l’usine Lubrizol de Rouen a montré les difficultés qu’avaient les autorités d’aujourd’hui à informer clairement et honnêtement mes populations sur la nature, le modus operandi et les conséquences d’une catastrophe industrielle. D’où la nécessité de se doter d’instruments de mesure indépendants. C’est la mission que s’est donnée l’association « Nucléaire je balise ». Elle sollicite les collectivités locales afin d’obtenir les subventions nécessaire pour l’installation et l’entretien d’une balise de mesure de la pollution radioactive dans la vallée de la Seine.

    10 -Etes-vous favorable à une telle démarche ?
    Oui :
    Non :
    Commentaires :

    11. Etes-vous prêt, si vous êtes élu.e à participer au financement d’un tel instrument de mesure ?
    Oui :
    Non :
    Commentaires :

    Conclusion :

    12 – Êtes vous favorable à ce que la France s’engage dans une sortie complète du nucléaire, en ayant comme objectif de passer à 100% d’énergies renouvelables en 2050, tout en atteignant la neutralité carbone ?
    Voir le scénario Négawatt 2017-2050 : negawatt.org/Scenario-negaWatt-2017-2050

    Oui :
    Non :
    Commentaires :

    Répondre

Laisser un commentaire