Accueil Coup de gueule Journée du 8 mars : nous ne voulons pas des fleurs mais des engagements concrets pour l’égalité femmes-hommes !

Journée du 8 mars : nous ne voulons pas des fleurs mais des engagements concrets pour l’égalité femmes-hommes !

0
0
502
86653855_2883244898422954_5248664796961701888_n

Déclaration des candidates de la liste Agir pour Carrières avec Eddie AIT

« A quelques jours des élections municipales et à l’occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, nous le redisons haut et fort, nous ne voulons pas des fleurs mais des engagements concrets pour l’égalité femmes-hommes. »

« Si l’égalité des droits est en passe d’être acquise, les inégalités entre les femmes et les hommes persistent. Ce sont les actions concrètes, visant à déconstruire les stéréotypes, à privilégier la mixité, et à veiller à ne pas exclure indirectement les femmes du bénéfice de politiques publiques ou de l’espace public, qui permettront de réduire ces inégalités et améliorer le vivre-ensemble.

1 femme sur 10 est victime de violences en France. Cela représente plus de 47.000 femmes en Essonne. Dans la fonction publique territoriale, on compte 18 % d’écart de salaire entre les femmes et les hommes. A la crèche, à l’école, à la maison, les petites filles jouent encore majoritairement à faire comme maman, avec une poupée, une dinette ou Barbie vétérinaire, pendant que les garçons explorent le monde des possibles, se voient chevaliers au secours des princesses, futur chimiste ou super héros à cape.

Non, nous ne vivons pas dans un pays égalitaire !

Les municipalités, par l’étendue de leurs compétences et par leur proximité avec les habitant-e-s, ont un rôle fondamental. Il est de notre responsabilité, aujourd’hui en tant que candidat-e-s, et demain peut-être en tant qu’élu-e-s, d’utiliser les moyens à notre disposition pour faire diminuer les discriminations et les inégalités. En plus de nos obligations légales, nous engagerons la Ville de Carrières-sous-Poissy de manière volontariste dans la promotion de l’égalité entre les femmes et les hommes. »

Au sein de la liste, les candidat-e-s s’engagent sur six enjeux fondamentaux :

1. Nommer un-e élu-e en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes et prévoir un budget dédié à cette délégation

2. Signer la Charte européenne pour l’égalité femmes-hommes dans la vie locale et mettre en œuvre le plan d’action qu’implique cette signature. Le plan d’action sera basé sur 7 axes de travail et impliquera notre collectivité à la fois comme actrice publique et comme employeuse

  • Agir pour assurer une meilleure présence des femmes dans l’espace public
  • Lutter contre les stéréotypes dès le plus jeune âge
  • Développer la pratique sportive des femmes et des jeunes filles
  • Inciter les femmes à participer à la vie citoyenne
  • Agir grâce au cadre réglementaire dans les gestions des ressources humaines
  • Communiquer et rendre lisible cette politique auprès des agents
  • Travailler sur la mixité des filières

3. Etre un employeur exemplaire : l’égalité professionnelle, ce n’est pas que pour les autres.  Les mairies et intercommunalités sont d’importants employeurs. Si la fonction publique territoriale est majoritairement féminine, les postes à responsabilité restent surtout occupés par des hommes, les temps partiels subis sont le plus souvent occupés par les femmes, et les différences de régimes indemnitaires entre les filières techniques ou administratives créent à grade égal des inégalités salariales … Les plans d’égalité professionnelle, s’ils ne sont pas obligatoires pour les communes, sont un outil de justice et de bien-être au travail. Nous présenterons en Conseil municipal un rapport sur la situation en matière d’égalité entre les femmes et les hommes préalablement au débat d’orientation budgétaire.

4. Lutter contre les violences faites aux femmes, accompagner les victimes. Les permanences d’accueil des femmes victimes de violences sont indispensables dans nos villes ! Il faut aussi former le personnel municipal, notamment de primo-accueil, des services sociaux, éducatifs, et de police municipale. Identifier une victime potentielle, savoir écouter et orienter, c’est la base et ça peut sauver des vies. Nous demandons également que des logements soient réservés pour les femmes victimes de violence. Les places sont trop rares dans le département.

5. Faire de chaque politique publique un levier pour l’égalité. S’interroger sur les impacts d’une décision pour l’environnement est (presque) devenu un réflexe. Il doit en être de même pour l’égalité femmes-hommes ! Petite enfance, éducation, culture, sport, transport : partout, on peut faire progresser les droits des femmes et l’égalité. Créer des places en crèches, c’est faciliter le retour à l’emploi des femmes. 60% des enfants de 0 à 3 ans sont gardés par l’un de leurs parents. Le plus souvent (94%), la mère…

6. Impliquer les acteurs locaux et la population pour parler et faire parler d’égalité. Le 8 mars, journée internationale des droits des femmes, et le 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes, sont des occasions de faire progresser la sensibilisation et l’action en faveur de l’égalité. Nous serons également à l’initiative de la création d’un réseau intercommunal de l’égalité femmes-hommes au sein de GPSEO qui rassemblera les communes engagées pour l’égalité et permettra une meilleure interconnaissance entre les acteurs et les actrices du territoire.

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par agirpourcarrieres
Charger d'autres écrits dans Coup de gueule

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Carrières-sous-Poissy : le Maire condamné pour avoir censuré les tribunes d’expression de l’opposition municipale !

Dans une décision du 18 janvier 2018, les Magistrats du Tribunal Administratif de Versaill…